La natation aux scolaires

 

  L’activité « natation scolaire »  s’articule autour des programmes officiels de l’éducation nationale et s’intègre à une cohérence pédagogique générale de la vie de l’établissement. Un des nombreux objectifs scolaires est l’apprentissage du «  VIVRE ENSEMBLE ».

 

Dès la montée dans le car comme sur le parcours piétons ou dans les vestiaires de la piscine, il appartient aux enseignants qui en ont la responsabilité de structurer la vie collective en explicitant, plus encore qu’à l’école maternelle ou élémentaires, les règles qui permettent son déroulement harmonieux. Sur le bassin, les élèves apprennent à comprendre que les contraintes de la vie collective sont les garants de leur sécurité, qu’une sanction, lorsqu’elle intervient, ne relève pas de l’arbitraire de l’adulte mais de l’application de règles librement acceptées.

 

L’exemple le plus symptomatique :

Il est interdit de courir sur le bord des bassins parce qu’un carrelage mouillé est glissant. L’enfant comprend assez rapidement qu’il peut tomber et se faire mal voir très mal. Il accepte facilement cette règle.

Pour autant la transgression, sans malice en maternelle, est régulière. Si elle est repérée, elle est « sanctionnée » par l’adulte en charge des enfants ou parfois par la chute (le plus souvent sans gravité).

 

Le cycle piscine ne comprend pas, loin s’en faut, que l’action motrice aquatique comme objectif éducatif.

« L’enfant construit sa personnalité autour de la recherche d’un équilibre entre ce qu’il doit faire, ce qu’il peut faire et ce qui lui est interdit de faire. Toutes les situations vécues à travers les apprentissages fondamentaux ont aussi pour objectif de développer une attitude responsable. »

 

  La venue à la piscine est une occasion de dépasser l’horizon de l’école.

L’élève y découvre d’autres personnes qui jouent un rôle dans sa vie quotidienne : agents de circulation, chauffeurs de bus, éducateurs sportifs, personnels d’entretien. Ils méritent respect et obéissance. Il constate que partout, des règles sont nécessaires. L’élève ne doit pas y voir que des contraintes mais, au contraire et progressivement, un moyen d’assurer la liberté, le bien-être et la sauvegarde de tous.

Le respect des personnes, de l’environnement et du cadre de vie ne se limite pas à la classe et à l’école, mais s’étend à ces espaces publics, comme la piscine, qui sont le bien commun de tous.

 

Les objectifs de l’éducation physique et sportive sont eux aussi multiples.

 

« Ils visent :

  • le développement des capacités et des ressources nécessaires aux conduites motrices ;
  • l’accès au patrimoine culturel que représentent les diverses activités physiques, sportives et artistiques, pratiques sociales de référence ;
  • l’acquisition des compétences et connaissances utiles pour mieux connaître son corps, le respecter et le garder en bonne santé.  »

Par les situations riches en sensations et émotions qu’elle fait vivre, l’activité natation est un média privilégié pour permettre aux élèves de parler de leur pratique (nommer, exprimer, communiquer…). De façon plus spécifique, la natation participe à l’éducation à la santé et à la sécurité.

 

Elle permet aussi, d’ouvrir aux élèves le sens de l’effort et de la persévérance.

Elle offre l’occasion d’acquérir des notions et de construire des compétences utiles dans la vie de tous les jours (se repérer dans un lieu, apprécier une situation de risque…).

 

« L’éducation physique et sportive contribue de façon fondamentale à la formation du citoyen, en éduquant à la responsabilité et à l’autonomie. Elle permet de jouer avec la notion de règle, particulièrement importante aux yeux des enfants, de mieux la comprendre, de la faire vivre, et d’accéder ainsi aux valeurs sociales et morales. »

 

L’activité piscine si elle aboutît au savoir nager ne se résume pas à la répétition d’acte « mécanique » mais s’intègre dans un projet éducatif plus large et cohérent.
Concrètement les cycles correspondent à plusieurs étapes allant de la familiarisation à la maîtrise aquatique.

 

  FAMILIARISATION au milieu aquatique
Découvrir, accepter et évoluer dans l’eau.

Prioritairement en petite et moyenne profondeur* :

  • sauter ou entrer dans l’eau sans aide matérielle,
  • s’immerger totalement (immersion brève : 3 ou 4 secondes),
  • se déplacer sur (dans) tout le bassin :
    • avec des appuis mobiles (planches, frites, cordes, cage, …),
    • sans aide avec reprise d’appuis (distance : 4 – 5 mètres).

ADAPTATION dans le milieu aquatique
Se déplacer, agir dans tout le volume aquatique.

En moyenne et grande profondeur* :

  • réaliser des entrées dans l’eau avec des formes variées dont la tête la première,
  • se déplacer dans le grand bain sans aide matérielle pour :
  • réaliser une action au fond du bassin (durée de l’immersion : 8 à 10 secondes),
  • parcourir 15 mètres, sur le dos ou sur le ventre, en eau profonde, sans aide, ni reprise d’appui.

Vers la MAÎTRISE du milieu aquatique
Conforter les apprentissages.

En moyenne et grande profondeur* :

  • évoluer en autonomie dans tout le volume aquatique, avec efficacité,
  • reconnaître son niveau de compétence afin d’assurer sa sécurité,
  • découvrir d’autres activités aquatiques (pratiques sociales de référence).

* Petite profondeur : avoir de l’eau jusqu’au nombril.


* Moyenne profondeur : avoir de l’eau du nombril au sommet de la tête.


* Grande profondeur : ne plus avoir pied.

 

Grâce à une pédagogie adaptée, les élèves apprennent à mieux se connaître, à mieux évaluer leurs compétences, à accepter puis dominer leurs émotions.